"Aidez les Palestiniens à se dessiner un État!" La solution douteuse au conflit israélo-palestinien par le crowdsourcing pacifiste

Par René Lemieux | Université du Québec à Montréal

Si, il n’y a pas longtemps, la Palestine a été admise à l’ONU à titre de 194e État (observateur seulement, toutefois), on sait qu’en fait l’Autorité palestinienne est loin d’être un État de plein droit sur ses propres terres. Encore soumis à l’occupation militaire d’Israël, la Palestine voit en plus les vagues successives de colonisation de la Cisjordanie arrivées sur son territoire, ce qui vient compliquer la résolution du conflit par ce qu’on nomme la « solution des deux États ».

Un site Web interactif,  expliqué dans The Atlantic, propose maintenant à ses visiteurs d’« aider » les Palestiniens à se dessiner un État par le crowdsourcing, quelque chose comme une collaboration bénévole par des acteurs externes. On présente aux utilisateurs une carte de la Cisjordanie, ils doivent décider quelles colonies israéliennes resteront sous le contrôle d’Israël dans l’éventualité d’un partage des terres selon la solution des deux États. Le logiciel calcule, à partir du choix de l’utilisateur, une quantité de territoire égale à celle concédée à Israël (un procédé appelé « land swaps »). L’application interactive permet par la suite à l’utilisateur de partager sa « création » dans ses réseaux sociaux, Facebook, Twitter, etc.

Ce « jeu » se base sur les conditions de l’établissement d’un État palestinien viable, conditions soumises par les deux parties : Israël demande que 500 000 colons vivant en territoire palestinien soit intégrés à l’État d’Israël, en retour la Palestine veut regagner la même portion de territoire accordé à Israël, pris à même ce dernier (selon les délimitations de la ligne verte).

L’article présentant le projet a reçu de nombreuses critiques (voir les commentaires à l’article original). Outre l’aspect presque ludique du projet – donc insensible devant la souffrance quotidienne des populations palestiniennes sous occupation militaire –, on fait remarquer que ce fameux « land swap » ne profite qu’à l’État d’Israël puisque les colonies en territoire occupées sont toujours construites autour des sources d’eau potable. En contrepartie, ce qu’obtiendraient les Palestiniens, ce serait des bouts de territoire arbitrairement décidés, découpés dans le Néguev : bref, un territoire invivable.

Première remarque : on distingue, pour la résolution du conflit, une revendication liée à la population d’une part (Israël), donc un souci pour la personne; et de l’autre, une exigence quant au territoire (Palestine). Schème kantien du qualitatif et du quantitatif, Israël serait dans l’intensivité alors que la Palestine ne se contenterait que de l’extensif, de l’espace, « le plus basse nature de la différence », pour employer les mots de Gilles Deleuze. Mais peut-on vraiment avoir une population sans territoire? comme on en attribue la demande aux Israéliens. Et peut-on vraiment avoir un territoire sans population? comme on semble le souhaiter pour les Palestiniens?

Deuxième remarque : à prime abord, ce projet d’application interactive semble utopique, sinon fantaisiste (comme le font remarquer plusieurs commentateurs). Mais n’a-t-on pas là le meilleur exemple de ce que Jacques Derrida redoutait : une politique de l’économie des poids et mesure, c’est-à-dire du prévisible, incapable de penser en dehors de l’échange quantitatif? Si une éthique ou une politique serait ce moment où le calcul ne peut plus être pensé, alors ce projet interactif n’a rien d’une solution utopique ou fantaisiste, c’est au contraire la continuation pragmatique du conflit israélo-palestinien par d’autres moyens.

 

Crowdsourcing an Israeli-Palestinian Border

About these ads

Poster un commentaire

Classé dans René Lemieux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s