Je suis étudiant et je n’ai pas fait vœu de pauvreté. Juré!

Par Olivier Roy | Université d’Ottawa

Un sondage a été fait récemment auprès des étudiants au Québec. Un étudiant sur cinq possèderait une auto. À l’époque, je prenais l’autobus pour me rendre à l’université et à mon lieu de stage. La plupart des étudiants possèdent un téléphone cellulaire. Plusieurs possèdent un iPhone qui leur coûte de 60 $ à 110 $ par mois. Il est rapporté qu’ils dépensent 2700 $ en moyenne pour le restaurant, bar, etc. Un bon nombre d’étudiants font des voyages dans le Sud pendant les vacances des Fêtes ou la semaine de relâche. Avons-nous les valeurs à la bonne place? Un chausson avec ça! […] Une personne qui en a assez des enfants gâtés.

— Roger Pelletier, Belœil, 24 mars 2012, via L’Œil Régional

Paraîtrait-il que les étudiant-e-s vivent un train de vie luxueux, comme :

  • Posséder un téléphone cellulaire;
  • Posséder une voiture;
  • Relaxer sur une terrasse;
  • Se promener dans un quartier riche.

Ça me laisse quelque peu perplexe.

Au-delà de la rhétorique sur la société capitaliste marchande qui pousse tout citoyen à devenir de fidèles consommateurs, il est intéressant (et inquiétant) de voir qu’un-e étudiant-e doive faire vœu de pauvreté au cours de ses études.

Je n’ai pas fait vœu de pauvreté.

Je vous le jure. Mon université ne me l’a pas demandé.

Pas mal sûr aussi que cela n’a pas été demandé aux autres étudiant-e-s. En fait, j’en suis certain.

Ce luxe auquel il est fait allusion, je ne le connais pas.

Ce luxe, trop souvent, c’est un outil de travail.

Parce que j’ai besoin d’un cellulaire pour mes emplois. (Oui, au pluriel!)

Parce que plusieurs ont besoin d’une voiture pour leurs emplois et les actions qu’ils/elles mènent dans leur communauté. (Moi, j’ai la chance de me fier à un foutu bon vélo, à de foutues bonnes jambes (!) et, si nécessaire, au transport en commun.)

Parce que j’ai besoin de couper des exigences du travail et des études. (Quoi? Vous voulez que j’aille relaxer à la bibliothèque ou à la cafétéria ou à mon bureau situé au troisième sous-sol? Sérieusement? Vous ne trouvez pas que j’y passe déjà trop de temps? Pis, si je me promène dans un quartier riche, c’est parce que ça coûte moins cher que d’y habiter…)

Bref, je n’ai pas fait vœu de pauvreté. Vous vous êtes trompés.

Mes excuses si mon train de vie vous paraît luxueux. Ce n’est pas du luxe.

C’est une nécessité.

Je vous le jure.

Advertisements

Poster un commentaire

Classé dans Olivier Roy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s