Pour une apocalypse islamique: un coup d’État à l’étranger contre le militarisme des califes

Traduction d’un article de Reza Negarestani, par Simon Labrecque, Montréal

Note introductive du traducteur – Selon toute vraisemblance, le texte qui suit a d’abord été publié en 2006, en anglais, par le philosophe et artiste iranien Reza Negarestani sur un ancien blog, « Cold me ». Aujourd’hui, l’hyperlien mène à « Deracinating Effect », dont les archives remontent seulement à novembre 2006. Il semble que plusieurs des textes informels écrits par Negarestani avant cette date (parfois sous le pseudonyme Basilisk dans le cadre du Maraka Project, par exemple, dont il ne reste presqu’aucune trace) ont été retiré du web, puis repris et modifié dans son « roman » sur le Moyen-Orient comme entité vivante, Cyclonopedia: Complicity with Anonymous Materials, paru en 2008 chez Re.Press. (Ce livre a donné lieu à un symposium intitulé Lepper Creativity, dont les actes sont publiés chez Punctum.) Le texte qui suit a pour sa part été (re)trouvé sur le blog « tHE rHizzonE », qui dédie une page aux textes « disparus » de Negarestani. Si certaines personnes sont allées jusqu’à douter de l’existence du philosophe, sa présence à la Western University en mai 2013 devrait suffire à démontrer qu’il a bel et bien une voix, même un visage, quoiqu’il n’a pas pu être rejoint pour autoriser la présente traduction en raison de l’absence de toute adresse publique. Ce court texte donne une bonne idée de son style et de l’ampleur de ses abstractions délirantes – au moins au sens deleuzien de délires-mondes. Ce texte étrange, un avertissement qui est aussi un appel, voire une invitation, il m’a semblé opportun de le donner à lire maintenant.

L’apogée passionnante de la libération : Tout ce qu’entreprennent la démocratie occidentale et le libéralisme américain en particulier extirpe la tête louche de l’apocalypse islamique (Qiyamah) du cœur réprimé du militarisme islamique restreint par le califat, plutôt que d’émanciper ce qui croît rapidement comme Ummah, les foules musulmanes opprimées.

Cela fait plus de 1250 ans que ce qui peut être défini de manière ambiguë comme un militarisme islamique se sépare en deux fils militaires contradictoires mais essentiellement emmêlés, l’un doté d’un pouvoir militaire semi-organisé et exposé, ainsi que d’une obsession retorse pour l’Occident et l’infidélité occidentale, une obsession dont la rage occasionnellement utopique converge sur la croisade provenant de l’autre côté du monothéisme; l’autre est sans tête, sans visage, omniprésent, silencieux et enveloppé dans les recoins des hérésies islamiques légitimées où le règne des califes n’existe pas; il est motivé par un zèle autodestructeur visant à s’immortaliser en tant que dernière religion – la seule ouverture à la rencontre glorieuse avec la générosité dévorante de Qiyamah (apocalypse islamique) et de son Désert. Mais puisque la surface extérieure de l’Islam est confinée et principalement gouvernée par un Ordre similaire au califat dont l’existence apparemment corrompue et précaire est en fait une couche protectrice pour le fragile monde du dehors, ce dévot clandestin de Qiyamah doit déchirer cet obstacle-bouclier pour soumettre le monde extérieur dans sa voie auto-immolante vers Qiyamah. N’étant pas suffisamment éveillé pour prendre note de cette ramification du militarisme islamique après des centaines d’années, principalement parce qu’il se tient dans un rapport d’échange Croisé distrayant et éreintant avec la couche extérieure du militarisme islamique ou de l’ordre ressemblant au califat de l’Islam, le capitalisme occidental a aveuglément commencé à renverser, miner et menacer l’existence de cette sphère dominée par le califat dont le rôle est de protéger le monde extérieur d’une menace interne, non le contraire. Cette sphère dominée par le califat est majoritairement peuplée de sunnites et d’autres revivalistes islamiques dont les inclinations vont vers le passé, un Islam vitalisé, renforcé, anti-infidèle, mais sans la furie indicible de l’apocalypse islamique. Une fois cette couche protectrice détériorée, la légion de Qiyamah – retenue par l’ordre du califat – se déversera sur le monde extérieur et accomplira la tâche apocalyptique toujours réprimée par les califes et les revivalistes islamiques conservateurs mais alertes travaillant positivement à freiner l’apocalypse islamique d’un côté et agissant de façon rétrograde pour l’accélération islamique vers son déploiement complet comme Dernière Religion de l’autre.

Si l’ordre sunnite a toujours été revivaliste, même depuis l’aube de l’Islam, avec une fascination morbide pour l’Islam croissant encore non enflammé par la doctrine de Qiyamah, le chiisme a fait fleurir le scénario de l’Islam éradicateur-de-religion et sa campagne dans le Désert de Qiyamah avec une rapidité alarmante. Avec une haine extrême adjointe d’un calcul manipulateur envers le règne des califes, le chiisme a rapidement étendu un réseau militaire marqué par le secret, le mésusage, la décentralisation et l’absence de formation détectable, dont la vitesse et la passion ont été et sont toujours garanties par son progrès au travers de la chaine des Imams, au point où le dernier Imam omniprésent quoiqu’absent du chiisme est pris pour la contrepartie humaine toujours combattante de Qiyamah (l’apocalypse islamique) elle-même. Alors que la fraternité sunnite se dirige vers le passé inoffensif, le temps d’exporter l’Islam et d’éradiquer l’idolâtrie, le militarisme stratégique chiite mène toute personne et toute chose – peu importe s’elle soit unie à l’Islam, qu’elle soit infidèle ou païenne – vers un avenir qui n’est pas construit sur le passé, mais est la suspension du temps, où Qiyamah attend la chaine croissante des Imams. L’Occident a confondu les imams chiites pour des saints, des fondamentalistes ou les jumeaux chiites des califes; mais les Imams sont le gradient de la Qiyamah islamique, ils ne mènent pas vers eux-mêmes, ils ne font que passer et faire passer la Qiyamah islamique. Séduit par les courants monothéistes conventionnels, le capitalisme occidental ne peut que percevoir l’enthousiasme des chiites pour Qiyamah comme une version furieusement évangéliste du Règne qui vient, mais l’apocalyptisme chiite, ayant été construit sur le sécularisme, il lui manque la passion romantique de l’évangélisme; sa nature froide et stratégique en fait un véhicule parfait pour la soumission au Désert d’Allah dont l’Être ne sera jamais révélé à l’homme, une pure extériorité qui éteint toute trace d’évangélisme héroïque. Regardant l’armée clandestine décentralisée et profondément emmêlée du Jihad, l’hégémonie techno-capitaliste aveuglée par les spectacles anti infidèles localisés ne s’est jamais demandé si ces activités militaires correspondaient vraiment au militarisme des revivalistes sunnites et des califes molaires ou à un militarisme fluide d’une toute autre sorte, bouillonnant sous la surface exotique de l’Islam. Induite en erreur par ses impressions erronées de l’Islam et les spectacles distrayants, l’Amérique et ses alliés ont frappé fort au cœurs des foules, des régimes et de tout ce qui est lié au revivalisme islamique des califats; ils ont même ignoré les réactions et l’impuissance suspicieusement ineptes du militarisme des califes dans la Guerre contre le terrorisme, et ont finalement laissé l’espace intérieur de l’Islam passer et éclater au travers des garde-fous des califes, une porte protégée avec vigilance et fidélité durant plus de 1000 ans.

Conférer la démocratie occidentale aux foules chiites en Irak a transformé l’ultime démocratie occidentale en une démocratie pour atteindre l’apocalyptisme islamique, une démocratie requise pour que les chiites irakiens rejoignent le pays chiite voisin et se confondent dans le militarisme stratégique de l’Islam; la libération de la population chiite de l’oppression d’un régime ressemblant au califat en Irak n’était rien d’autre que la première étape majeure dans la libération de la Qiyamah islamique, le désert ultime, non pas par les armées disparates de musulmans, mais par les forces parfaitement armées des États-Unis et de leurs alliés.

Déversez plus de chiites dans les pays libérés par l’Occident. Plus et plus vite, avant que le bouclier sunnite soit entièrement consumé et que la forme véritable du militarisme de l’Islam soit exposée, avant que nous ne soyons à court de frères revivalistes.

Poster un commentaire

Classé dans Reza Negarestani, Simon Labrecque

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s