Pour l’exemple

Par Jean François Bissonnette

Au matin du 20 avril 1915, à la lisière d’un boisé de la campagne lorraine, on fusilla le soldat Félix Baudy, maçon de son état. La veille, les 250 soldats de sa compagnie avaient refusé d’aller au devant d’une mort certaine, en montant à l’assaut d’une tranchée allemande comme on le leur ordonnait. Furieux, le commandant du régiment voulut les traduire tous devant la cour martiale pour « délit de lâcheté », avant de se raviser sur la suggestion de ses officiers. Deux hommes furent plutôt choisis au hasard pour comparaître, aux côtés de trois autres, dont Baudy, nommément désignés par leurs supérieurs. Ces derniers avaient pour circonstance aggravante d’être syndicalistes et membres de la Confédération générale du travail, connue pour ses positions antimilitaristes. Un procès fut organisé à la hâte. L’un des cinq fut innocenté, et les autres aussitôt passés par les armes. Leurs noms vinrent ainsi s’ajouter à la liste des quelque 2400 « poilus » condamnés à mort par l’armée française au cours de la Grande Guerre.

Image du film Fusillés pour l'exemple d'Alain Moreau.

Fusillés pour l’exemple.

Cent ans plus tard, presque jour pour jour, les autorités de l’Université du Québec à Montréal ont résolu d’intenter des procédures disciplinaires contre Justine Boulanger et huit autres étudiantes et étudiants, pour des faits de « vandalisme et d’actes illégaux » commis dans le cadre de leur activité militante. Sommés de comparaître devant le comité exécutif de l’université, sur un mode accusatoire où l’administration universitaire est à la fois juge et partie, ils encourent une peine d’expulsion, temporaire voire définitive, soit la mise au ban de leur milieu d’étude et de vie. Une mort sociale, en somme. Cette démarche, dans le contexte d’une grève politique initiée par les étudiants québécois, s’avère typique d’un durcissement répressif des institutions à l’égard de tout mouvement protestataire. Le 1er avril, le ministre de l’Éducation, François Blais, exhortait ainsi l’ensemble des directions d’établissements collégiaux et universitaires à engager semblables procédures contre leurs propres étudiants. À raison de « deux ou trois par jour », sélectionnés en vertu d’on ne sait quel critère, cette pratique de décimation des rangs militants devrait avoir pour effet, selon le ministre, de « refroidir les ardeurs de certains ».

D’aucuns trouveront grotesque et démesuré le rapprochement esquissé ci-haut entre les poilus fusillés et ces étudiants poursuivis par l’administration universitaire. Peut-on seulement comparer la violence létale du châtiment réservé à ces soldats, dans un contexte où les hommes mourraient quotidiennement par milliers sous les balles et les obus ennemis, et la punition toute symbolique en quoi consiste l’expulsion d’une université? Un élément leur est pourtant commun, qui jette une lumière crue sur la logique du pouvoir tel qu’il s’exerce dans nos institutions académiques. C’est l’exemplarité de la peine. En fusillant Baudy, comme en expulsant Boulanger, ce ne sont pas ces individus qui sont visés par le châtiment. Leur insoumission, leur rébellion, leurs vues contestataires les auront peut-être menés devant des tribunaux d’exception, mais leur punition n’a qu’un seul véritable objectif : agir sur le moral de leurs camarades.

Instiller la peur dans les esprits, inspirer un « respect mêlé d’effroi » pour la loi et l’ordre, comme le disait Thomas Hobbes, telle est bien la fonction dissuasive de la peine dans la rationalité pénale occidentale. Le châtiment a valeur d’exemple. Puisqu’on considère, en vertu de notre anthropologie individualiste, que chacun agit en fonction d’un « calcul des plaisirs et des peines », la punition exemplaire vise à modifier les données de celui-ci. Il s’agit de contrecarrer le désir de commettre un geste illicite en magnifiant l’anticipation de conséquences négatives. Or, malgré la peine qu’on lui inflige, ce n’est pas le coupable qui est le véritable objet du châtiment, en ce que l’on attendrait de lui des remords contrits, une conduite amendée. La violence qui s’exerce sur lui a d’abord et surtout une fonction symbolique. Elle est un spectacle. Son but est de défaire par avance, chez les spectateurs du châtiment, le projet d’agir à l’encontre des autorités.

La victime du châtiment n’est donc que l’instrument d’une politique des affects. Celle-ci se sert de l’individu pour mater et contrôler la puissance du collectif. Dans cette logique du bouc émissaire, qui sacrifie une victime arbitrairement désignée pour mieux assujettir la volonté des autres, l’objectif consiste à désolidariser les désirs, à faire que chacun craigne pour soi-même les conséquences d’une action à plusieurs, et par là-même, à restaurer le pouvoir de l’autorité, qui n’est rien sans cette domestication et cette atomisation de la puissance commune. On comprend dès lors pourquoi les gouvernements libéraux et leurs sbires dans les administrations universitaires ont tant encouragé, cette année comme en 2012, la contestation individualiste des mouvements de grève étudiante, par le biais d’injonctions laissant elles aussi planer la menace d’une violence répressive. Ici encore, l’objectif est de faire valoir l’intérêt de l’individu, et son mesquin calcul des plaisirs et des peines, contre la force du commun.

Exemple

L’exemple, © Clément de Gaulejac, 2 avril 2015.

Le recours au châtiment exemplaire dans le contexte d’un mouvement social contre l’austérité révèle ainsi la conception essentiellement disciplinaire de l’éducation qui prévaut au sommet de l’État, et qui percole jusqu’à sa base dans la réprobation générale du militantisme étudiant et de ses modes d’action. Les étudiants n’ont qu’une chose à faire : étudier. Sans faire de vagues, et sans s’attarder, car seul compte le fait qu’ils deviennent à leur tour et le plus rapidement possible des salariés et des contribuables, c’est-à-dire, les objets d’un double régime d’expropriation de leur puissance d’agir. Que les étudiants puissent être, collectivement, des acteurs politiques fait l’objet d’une dénégation viscérale. En dépit d’une longue tradition qui fonde sa légitimité historique, l’idée même d’une grève étudiante suscite une réaction dont la violence instinctive est stupéfiante, et qui va jusqu’à applaudir la répression policière et se moquer des blessés. Pour un peu, on fusillerait.

Il n’y a pas à douter que les soldats fusillés pour l’exemple aient aussi eu à souffrir, ou du moins leurs familles, les affres du déshonneur, les regards méprisants, les commentaires assassins, l’absence de compassion. Leur châtiment et leur dégradation étaient après tout le moyen pour les autorités de l’époque de maintenir les esprits dans un état de résignation et de haine, pour mieux voiler l’absurdité de la guerre sous les apparences de la nécessité. Et c’est peut-être aussi en cela qu’un Félix Baudy et une Justine Boulanger se ressemblent, par leur commun refus de l’absurdité d’une politique mortifère décidée dans le dos du peuple et aveuglément poursuivie à son détriment. La guerre de 1914 n’aura été qu’un immense sacrifice offert à la rivalité démente des bourgeoisies européennes. L’austérité libérale n’est qu’une œuvre de destruction accomplie au profit de notre bourgeoisie à nous. Et c’est bien parce que les Baudy et les Boulanger savent et refusent cet état de fait, et parce que leur savoir et leur refus sont contagieux, qu’il importe de les punir. Pour l’exemple.

Poster un commentaire

Classé dans Jean François Bissonnette

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s