Au risque de la liberté: pour en finir avec la tyrannie de la dette

Par Jean François Bissonnette, Paris

gettyimages-479197960Ça ne pouvait plus durer. Après plus de cinq années de crise, lasse de se soumettre aux diktats toujours plus tatillons de ses créanciers, incapable de supporter davantage de sacrifices offerts sur l’autel de la finance internationale, la Grèce joue maintenant son va-tout. Dimanche, devant l’impasse des négociations entre le gouvernement de Syriza et les dirigeants de la troïka (Commission européenne, Banque centrale européenne, Fonds monétaire international), les Grecs devront se prononcer par référendum sur la suite à donner aux choses.

Accepteront-ils de se plier une fois de plus aux conditions fixées pour le refinancement de la dette du pays, quitte à renoncer aux dernières miettes laissées par des années d’austérité draconienne? Décideront-ils plutôt d’avaliser la stratégie de la corde raide adoptée par Syriza, au risque de basculer hors de la zone euro en cas d’échec? Qu’est-ce qui, de la souffrance accumulée depuis cinq ans, ou de la peur des bouleversements encore à venir, pèsera le plus sur leur choix?

Le simple fait que la décision échoie au peuple grec est en soi un pied de nez aux technocrates de la finance, qui s’époumonent à qui niera avec le plus de véhémence la légitimité du vote de dimanche. Ces Grecs dont on n’a eu de cesse de critiquer la soi-disant prodigalité, la prétendue paresse, le manque de bonne foi et de transparence, ces Grecs humiliés, spoliés, bafoués, comment osent-ils braver l’autorité des marchés et revendiquer le droit de décider de leur avenir? « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens », disait déjà en janvier, suite à la victoire électorale de Syriza, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

Qu’importe le fait que cinq années de mémorandums successifs, de mesures d’austérité imposées depuis Bruxelles, n’aient eu pour seul effet que d’enfoncer davantage la Grèce dans le marasme? Qu’importe que sa dette n’ait fait qu’exploser, passant de 112% du PIB en 2009 à 177% aujourd’hui, pour cela même que le laminage des budgets publics décrété par la troïka a provoqué une récession d’ampleur inédite? Qu’importe que le FMI lui-même ait jugé, dès 2013, que l’austérité était une « erreur », que le niveau d’endettement de la Grèce était « insoutenable », et qu’un défaut de paiement était inévitable, à moins d’un radical rééchelonnement de ses obligations?

Il y a apparemment quelque chose d’intangible aux obligations qui pèsent sur un débiteur. « Une dette est une dette », sermonnait ainsi Christine Lagarde, patronne du FMI, en janvier dernier. Pareil pléonasme renseigne sur le style de pensée qui anime les créanciers de la Grèce, et dévoile le caractère autoritaire et punitif de leur conception de la dette. Nul ne saurait se soustraire à la morale du crédit, disent-ils. Qu’ils en soient capables ou non, les Grecs rembourseront.

Le désespoir des jeunes, qui sont 60% au chômage; celui des ménages les plus pauvres, qui ont vu leurs revenus fondre de 86%; celui des malades, qui pour un tiers n’ont plus d’assurance-maladie et renoncent aux soins que leur état requiert; ce désespoir, qui s’est traduit par une augmentation de 35% des suicides au cours de la seule année 2012, n’émeut point les spécialistes de la morale comptable.

Les Grecs sont responsables de leur sort, les entend-t-on dire. Aussi, les mesures d’aide accordées au pays depuis 2010 n’ont-elles pas servi à atténuer leurs souffrances mais uniquement visé à renflouer les banques allemandes et françaises détentrices des titres de créance. Et à imposer, par le biais de ce qui a toutes les allures d’un putsch technocratique, le saccage des institutions publiques, la privatisation des actifs de l’État, et une libéralisation complète de l’économie.

L’ancien premier ministre Georges Papandréou n’avait-il pas été poussé à la démission, après avoir lui aussi proposé, en 2011, la tenue d’un référendum sur les termes du plan de sauvetage proposé par l’Europe? L’attitude des dirigeants de la troïka ne pourrait être plus claire : pour eux, la légitimité démocratique ne compte pour rien face à la morale de la dette. Aujourd’hui encore, en orchestrant délibérément une panique bancaire en réponse à l’annonce du référendum prévu dimanche, leur message reste le même : la volonté du peuple grec ne veut rien dire. Seuls les chiffres ont droit de parole, et ceux-ci ordonnent de nouveaux sacrifices. Rien ne peut apaiser la soif du dieu Mammon, et la dette à son égard est infinie.

Où que nous soyons tous, la situation en Grèce nous concerne. Partout, le même chantage se fait entendre. Partout, l’horizon du possible se referme sur le seul impératif de l’austérité budgétaire. Partout, le pouvoir de la finance court-circuite celui du peuple, inféode les autorités publiques et s’arroge la légitimité du droit. Le référendum en Grèce ne concerne pas la simple négociation des obligations de ce pays envers ses créanciers. Il concerne la possibilité même d’une autonomie démocratique à l’ère du capitalisme financiarisé.

Comme le rappelle l’anthropologue David Graeber, une dette n’est rien d’autre, après tout, qu’une convention, et qu’est-ce donc que la démocratie sinon le pouvoir de décider en commun des obligations auxquelles on accepte de se conformer? Ce dimanche, en ce pays même qui a vu naître l’idéal démocratique il y a 2500 ans, on verra si le peuple est encore prêt à courir le risque de la liberté.

1 commentaire

Classé dans Jean François Bissonnette

Une réponse à “Au risque de la liberté: pour en finir avec la tyrannie de la dette

  1. A reblogué ceci sur Boycottet a ajouté:
    Ce dimanche, en ce pays même qui a vu naître l’idéal démocratique il y a 2500 ans, on verra si le peuple est encore prêt à courir le risque de la liberté.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s