Penser les langues autochtones avec les outils méthodologiques de Pierre Bourdieu

Par Anne-Marie Rivard, Université Concordia | cet article est disponible en format pdf

Résumé

Les langues autochtones sont couramment évoquées au moyen de termes empruntés à la biologie et à l’écologie. Cependant, l’usage d’une telle métaphore pose problème, notamment en raison des a priori qu’elle admet d’emblée, principalement la notion d’« évolution ». Une alternative viable à la métaphore biologique devrait pouvoir s’imposer et, à cette fin, nous proposons l’utilisation des concepts mis de l’avant par le sociologue français Pierre Bourdieu. Les outils méthodologiques bourdieusiens évoquent explicitement les relations de pouvoir inhérentes à la question des langues autochtones, notamment au moyen du concept d’« économie de la langue ». De plus, la sociologie réflexive de Bourdieu vise à favoriser un rapprochement entre la théorie et l’empirisme, entre l’observateur et l’observé. Une telle manière d’aborder le sujet et de nommer les choses peut potentiellement autoriser les locuteurs autochtones à passer outre, ou du moins à nuancer, les dichotomies qui prévalent dans le champ.

Poster un commentaire

Classé dans Anne-Marie Rivard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s