Archives de Catégorie: Guy Laliberté

Lettre de Guy Laliberté – droit de réplique

Par Guy Laliberté, en réponse à la lettre de Sarah Berthiaume publiée il y a deux semaines.

Sarah,

Je crois que j’aurais mieux aimé lire de la poésie qu’on trouve habituellement dans les messages des bouteilles à la mer. Mais il faut croire que, de nos jours, au nom de la liberté d’expression, les messages sont moins éloquents et arrivent plus rapidement à destination, avec en prime des opinions et des commentaires de toutes sortes.

J’ai lu ta lettre à plusieurs reprises. J’ai aussi lu tous les commentaires. C’est bien mal me connaître que de croire que je n’allais pas répondre. Par principe, je respecte la personne qui prend le temps de m’écrire. J’ai toujours répondu ou, à tous le moins, envoyé un accusé de réception aux gens qui m’écrivent. Je lis tout ce que je reçois. Mais tu dois déjà savoir cela puisqu’il semble qu’il doit y avoir peu de choses de moi et de ma vie qui ne t’interpellent pas de manière négative.

Alors je choisis de répondre publiquement sachant très bien qu’avec ma gueule de riche, mon compte en banque de riche et mon train de vie de riche, il n’y a absolument rien que je puisse dire qui soit intelligent, vrai ou même gentil. Nous, « les riches », on n’est pas des « gentils ». On ne veut surtout pas partager nos sous, viande à chien!

Nous, les « riches », on ne pense pas aux autres, au collectif, ni à la planète. Nous, les « riches », on devrait se faire construire une planète, ou peut-être une île, sur laquelle on pourrait se tenir ensemble et se dire comment on est chanceux d’être riches.

J’ai lu ta lettre à plusieurs reprises parce que je cherchais, avec beaucoup d’espoir, le projet collectif qui t’animait. Je me disais que peut-être ce mépris, cette déprime, cet écœurement étaient rattachés à une idée, à un projet que tu voulais partager, ou peut-être même à quelque chose que j’aurais fait à un moment ou à un autre. Eh bien non, mon défaut est celui d’être riche et, en plus, ton opinion sur moi est uniquement basée sur des portions d’entrevues. Même pas une brève rencontre, même pas une demande de rencontre. Juste comme ça, parce qu’un matin de mai 2015, tu t’es levée en te disant « assez, c’est assez! Ce maudit néo-Séraphin bling bling est trop riche! » C’est quand même fascinant. Alors je voudrais tout de même t’éclairer sur quelques sujets qui ont visiblement fait « grandir ton mépris ».

Commençons par Saint-Bruno-de-Montarville, la ville de mon adolescence et la ville où habitent mes parents. Mon havre de paix au Québec. Effectivement, j’ai une belle maison, mais pas de terrains de tennis. J’ai aussi choisi d’acheter, avec mon sac en jute avec le signe de piastre dessus, beaucoup des terrains autour du parc justement pour m’assurer que le parc demeure un parc. Mon « achat » visait la préservation d’une faune et d’une flore superbes, accessibles à tous. Je voulais aussi éviter le développement sauvage d’un lieu paisible. Les adolescents d’aujourd’hui et de demain pourront en profiter à leur tour et rêver à leur avenir dans un endroit vert et protégé.

Et puis il y a la légende de mes partys de F1. Une légende que, je l’admets, j’ai entretenue volontairement parce que cela servait l’objectif visé. Cet objectif était très simple : faire découvrir nos idées créatives et démontrer nos talents d’organisateur d’événements uniques. Ça a marché… et même très bien. Les personnes « riches » et moins « riches » qui y participaient n’assistaient pas à ces folles nuits de débauche que le public a choisi de retenir. L’esprit de mes fêtes est très simple : réunir dans un même lieu des gens d’origine, d’opinion et de statut différents. Provoquer des échanges entre les participants et provoquer les sens. Pour y arriver, nous faisons preuve d’imagination et de théâtralité. Nous créons des environnements parfois romantiques, parfois poétiques, mais toujours pour la mise en valeur de la beauté, des humains, hommes ou femmes, et de notre monde. Le tableau « filles livrées comme des pizzas » ne cadre pas du tout avec notre démarche. S’il y a une chose que ma mère m’a apprise à un jeune âge, c’est bien le respect des femmes. Le respect tout court.

Au sujet de mon apolitisme, c’est un choix volontaire et personnel. Je l’assume pleinement. Au fil des ans, j’ai connu plusieurs politiciens de tous les partis politiques tant au niveau fédéral, provincial que municipal. Mes critères personnels pour la politique font en sorte que je ferai toujours un choix en vue d’opter pour l’option la moins pire, et non l’idéale, et non pas en fonction des individus, mais bien des options politiques. Je choisis donc de ne pas choisir et d’accepter le choix de la majorité. Je trouve cela très simple : un choix libre. J’ai toujours dit que je vis d’abord dans un quartier, une ville, une province, un pays, mais aussi sur une planète. Je considère que ma citoyenneté est mondiale et je continue à rêver d’un monde sans frontières, sans guerre. Est-ce utopique? Peut-être… mais tu ne m’empêcheras pas de souhaiter de voir cela de mon vivant et de le souhaiter à mes enfants.

Pour le Cirque du Soleil, nous avons choisi, dès le début, d’être apolitiques. Cela ne nous a jamais empêchés de travailler avec tous les niveaux de gouvernement. Oui, nous avons reçu de l’aide à nos débuts avec des contrats et des subventions, mais dès que nos activités sont devenues rentables, j’ai retourné le chèque de subvention qui nous avait été donné. Nous n’en avions pas besoin et nous préférions en faire profiter d’autres artistes, auteurs et dramaturges qui en avaient certainement plus besoin que nous. C’était en 1990. En 31 ans, nous n’avons jamais retiré nos drapeaux du haut de nos mâts de chapiteaux : le drapeau du Canada et du Québec y flottent librement partout dans le monde. Nous sommes fiers de nos origines et nous les affichons sans obligation. Devrais-je maintenant avoir honte d’avoir contribué au succès commercial du Cirque du Soleil qui, je le rappelle, fait vivre 4000 personnes puisque nous réussissons à vendre 12 millions de billets à chaque année?

Aussi, ces insinuations au sujet d’évasion fiscale sont fausses et totalement gratuites. Nous respectons les lois mises en place par les législateurs. De prétendre que le Cirque du Soleil ne contribue pas à la fiscalité canadienne avec son siège social international et ses 1400 emplois directs (et autant en emplois indirects) est franchement insultant. Et cela vaut aussi à l’égard de mes finances personnelles!

Je ne reviendrai pas sur l’histoire du Cirque. Je crois que celle-ci n’est pas contestée, du moins, je l’espère. Mais j’aimerais tout de même rappeler que nous avons fait des choix qui n’ont pas toujours été faits dans une logique commerciale. Le choix de s’installer dans le quartier Saint-Michel, par exemple. Un quartier mal aimé, oublié, caché. Un quartier défavorisé. Les gens de ce quartier sont probablement ceux pour qui j’ai le plus de respect. Non seulement ils nous accueillent, mais ils nous accompagnent. Ils sont fiers de notre fierté d’être leurs voisins. Et nous sommes fiers aussi que ce quartier soit devenu l’un des plus importants pôles des arts du cirque dans le monde. Être voisins implique que l’on se respecte. On respecte notre vie communautaire. On y participe et on entretient cette relation librement et respectueusement. J’imagine que cela ne fait pas partie de ta vision de collectif, mais pour moi, oui. Parce que mon jardin est le jardin de mon voisin, je vais en prendre soin comme il prend soin du sien, et ainsi de suite; la roue tourne!

Aussi, il y a 30 ans, les arts du cirque n’étaient pas reconnus au Québec. Les amuseurs publics dépendaient des revenus versés dans leurs chapeaux. Sans le Cirque du Soleil, des troupes comme Cirque Éloize ou les 7 doigts de la main n’auraient jamais pu vivre de leur art. La TOHU n’aurait jamais existé dans Saint-Michel, et l’École nationale de cirque aurait probablement encore un financement précaire. Nous avons travaillé avec plus de 250 créateurs du Québec avec qui nous avons partagé nos projets et notre « richesse ». Mais c’est pas collectif, ça. C’est juste des affaires commerciales. Ça pue le commerce.

Il ne me reste qu’à parler de mon fameux voyage dans l’espace. Force est d’admettre que tu as compris ce message. Effectivement, c’était un voyage pour sensibiliser à la cause de l’eau. Que tu y crois ou non ne change en rien l’objectif visé et atteint. En 2009, le Cirque du Soleil allait faire son entrée en Russie, un marché important. Mon entraînement pendant 5 mois en Russie m’a permis de lancer une vaste campagne de visibilité pour le Cirque du Soleil. La Fondation ONE DROP avait à peine 2 ans. La visibilité obtenue par cette mission spatiale, avec plus de 500 millions de dollars, a permis d’établir la notoriété de ONE DROP quasi instantanément et de mettre en œuvre des projets plus rapidement. Et tu crois que les Bono, Shakira et Gilberto Gil de ce monde ont tous participé à cette aventure parce qu’ils voulaient contribuer à mon gros fantasme de mégalomane? Il faudrait que tu voyages un peu, Sarah, et en profite pour prendre l’air. Tu verrais peut-être le monde d’un autre œil.

Je vois aussi que ce que tu qualifies de « logique survivaliste » est finalement l’amour que je porte envers mes proches, mes amis et ma planète, et que même ça « t’écœure ». Si je suis ta logique, il ne faudrait pas que j’essaie de construire un havre, un noyau pour assurer le bien des miens? Il ne faudrait pas que j’investisse dans un projet qui est respectueux de l’environnement et qui protègera des centaines d’espèces d’arbres et de fleurs contre une menace bien réelle? Que je ne devrais pas me soucier de la manière dont on développe ces projets récréotouristiques afin de protéger à la fois l’environnement et les habitants de la région? Je devrais acheter, me cacher, exploiter et souhaiter qu’une épidémie ou une catastrophe naturelle arrive pour me rayer de la terre une fois pour toutes! Fini Séraphin bling-bling!, pis tant qu’à y être, Donalda aussi!

Est-ce que mon argent contribue à mon bonheur? La réponse est oui. Est-ce que mon argent est la seule condition pour atteindre mon bonheur? La réponse est non. C’est aussi ce que j’inculque à mes 5 enfants. 80% de ma « richesse » ne leur reviendra pas. Cet argent « sale » profitera à des fondations. Cet argent « sale » profitera à des investissements dans un portfolio d’entreprises soigneusement sélectionnées pour leurs valeurs humaines, sociales et environnementales. C’est quoi cette logique : parce que je suis riche, je n’ai plus le droit à une conscience sociale sans que l’on me traite d’hypocrite? Et toi, Sarah, est-ce que l’on te questionne sur tes dons? À qui tu donnes? Combien? Pourquoi? Et surtout, est-ce que ce sont des causes valables? Collectives? Justes? À quel montant au juste « mes manifestations ostentatoires de mon indécente richesse deviennent un prétexte humanitaire à cinq cennes »? Quelle est ta référence pour juger du bien-fondé de ma générosité? De mon argent? Du nombre de personnes que je peux aider et qui elles sont? Un peu de rigueur, Sarah.

Ta lettre me fait réfléchir. Non pas sur ma situation personnelle, mais beaucoup plus sur une réaction telle que la tienne. J’essaie sincèrement de comprendre. Comment une si petite minorité, un si petit groupe de gens peuvent autant mettre des bâtons dans les roues. Cette minorité de gens qui fait rejaillir ce malaise profond du Québec face à la richesse. Cela me dépasse. Heureusement que vous êtes minoritaires. Les gens que je rencontre au dépanneur ou au café ne me parlent pas de ça. Ils me parlent d’espoir et de rêves et je me permets de continuer à rêver… heureusement, c’est gratuit pour tous, et je ne risque pas d’être jugé sur cela!

Sarah, en terminant, je suis d’accord avec certains des commentaires à la suite de ta lettre, qui confirment que ce ne sont pas des propos de jalousie. La jalousie impliquerait que tu souhaites avoir ce que j’ai. Ce n’est pas le cas. Ton profond manque de respect et ton mépris à mon égard, ça, je ne te le souhaiterais jamais. Je ne souhaite ça à personne, d’ailleurs. Ça fait pas avancer les choses.

Tu vas jusqu’à me souhaiter du mal, aussi petit soit-il, avec un coup de soleil sur le coco. Souhaiter du mal n’est pas un projet de société très porteur. Moi je souhaite du bien… à tout le monde, toi inclusivement.

J’aurais tant aimé lire ton message dans la bouteille « de liqueur » qui aurai été porteur d’un grand projet de société, rassembleur et collectif. Malheureusement, ta bouteille a coulé.

Sans rancune,

Guy Laliberté

 

P.S. : Dans les commentaires que j’ai lus, j’ai vu qu’il y a des gens qui prétendent que nous empêchons nos employés de se syndiquer. Désolé, mais mon pacte social à moi a toujours été de laisser le libre choix à mes employés. Le libre choix de me parler directement ou indirectement, autant dans les moments d’euphorie que dans les moments difficiles. J’ai aimé mon monde, et je me suis senti aimé. C’est à cela que j’ai carburé. Et Vincent (que je pense bien reconnaître), j’ai toujours respecté le leader que tu représentais, ta force de caractère et ton culot… ce serait bien que tu puisses te souvenir de ces moments-là aussi.

Publicités

113 Commentaires

Classé dans Guy Laliberté