Archives de Catégorie: Sarah Rodrigue

Réaction relative à l’entrevue du 9 avril 2015 de Maxime Coutié avec le professeur Marcos Ancelovici et l’étudiant René Delvaux

Par Sarah Rodrigue | d’abord publiée sur la page Facebook de l’émission 15-18

Escalade

L’escalade, © Clément de Gaulejac, 8 avril 2015.

Monsieur Coutié, il n’y a pas de mot pour exprimer ma déception et mon désarroi vis-à-vis le manque d’éthique, ou à tout le moins de nuance, journalistique dont vous faites preuve depuis deux jours dans la couverture de la « crise » à l’UQAM. Vous choisissez le sensationnalisme, l’anecdotique et une ligne éditorialiste étroite à défaut d’ouvrir le débat et de faire comprendre les enjeux. Votre entêtement inexplicable à réduire toute cette crise à 20 jeunes cagoulés dépasse l’entendement et demeure un affront à notre intelligence et à vos invités, dont des professeurs hautement qualifiés et des étudiants articulés, qui tentent, bien malgré votre attitude, d’ouvrir le débat : droit à la grève, encadrement de la grève, vie démocratique, sécurité, etc. Je ne sais pas si Michel C. Auger aurait fait mieux, j’ose l’espérer, mais j’ai mal à mon Radio Canada et j’ai l’impression d’être à TVA. Si vous questionnez avec tant de mépris les motifs qui poussent le syndicat des professeurs à soutenir les étudiants dans ce conflit, nous sommes en droit de nous questionner sur ce qui vous motive à réduire au strict minimum, à choisir l’obscurantisme versus le journalisme.

 

 

Plainte formulée à l’ombudsman de Radio-Canada

Monsieur,

Je tiens à souligner mon désarroi et mon inquiétude quant au manque d’éthique, à tout le moins de nuance, journalistique de la part des animateurs (Michel C. Auger et Maxime Coutié) de l’émission de radio 15-18 sur le sujet entourant la grève étudiante et la récente crise à l’UQAM. Plus particulièrement, je tiens à porter plainte contre Monsieur Maxime Coutié qui, dans le cadre de son entrevue du 9 avril 2015 avec le professeur Marcos Ancelovici et l’étudiant René Delvaux, a fait preuve d’un manque flagrant d’éthique et de comportement journalistique objectif et nuancé, tel qu’exigé de la part d’un animateur d’une radio publique. L’iniquité dont Monsieur Coutié a fait preuve dans le cadre de ces entrevues et plus largement, dans la couverture des événements récents à l’UQAM porte atteinte au traitement juste et équitable qu’on est en droit d’attendre de notre diffuseur public. Le choix du sensationnalisme, de l’anecdotique et d’une ligne éditorialiste étroite à défaut d’ouvrir le débat et de faire comprendre les enjeux me semble incompréhensible pour ne pas dire inadmissible. Nous sommes en droit de nous attendre à ce que Radio-Canada fasse mieux que ses concurrents privés en nous éclairant et nous informant sur les divers enjeux entourant cette « crise » (incluant l’aspect de la couverture médiatique, enjeux qu’a tenté de soulever le professeur Ancelovici avec fin de non-recevoir de la part de M. Coutié). L’attitude hautaine et méprisante, la prise de position et l’entêtement de l’animateur à réduire cette crise à un événement sensationnaliste ne devraient être en aucun cas cautionnés par Radio-Canada. Je m’attends donc et espère que Monsieur Coutié, dont j’apprécie généralement le travail, formule officiellement des excuses au nom de la profession journalistique, à tout le moins, de la franchise intellectuelle.

En vous remerciant à l’avance de l’attention que vous porterez à ce dossier.

Très cordialement,

Sarah Rodrigue

1 commentaire

Classé dans Sarah Rodrigue