Archives de Tag: Amérique

Sur l’acte choronymique dans les Relations de Jacques Cartier

Par Julien Vallières

Dessin du XVIIIe siècle représentant Jacques Cartier et sa femme, Catherine des Granges. Dessin extrait d’un album intitulé Raretés des Indes, par Louis Nicolas, fac-similé; Bibliothèque nationale, Paris. L’original se trouve au Thomas Gilcrease Institute on American History and Art, Tulsa, Oklahoma.

À l’occasion des commémorations entourant le 400e anniversaire du premier voyage de Jacques Cartier au Canada, la revue Le Canada français, une publication de l’Université Laval, dérogeant à sa politique éditoriale, inséra dans ses pages une pièce en vers, « La découverte du Canada »[1], un dialogue en un acte du malouin Eugène Herpin[2]. Si tant est qu’il fût lu, et sans doute il le fut, comme c’était une revue savante largement diffusée, ce délassement littéraire ne tarda pas à être oublié. L’unique scène montre un Jacques Cartier rajeuni, amant consumé d’amour pour une Catherine des Granches, sa fiancée, elle aussi présente, marchant main dans la main sur la grand’grève de Saint-Malo, au soleil couchant, lui, tenté de renoncer à son voyage pour les beaux yeux de sa dame, elle, le rappelant à son devoir de découvreur. Leur rencontre imprévue, au moment où Cartier est invité à décrire son « hardi projet » à la table du connétable des Granches, menace d’en compromettre la réalisation. Désormais Cartier n’a plus d’yeux que pour Catherine, « [s]on beau rêve d’hier envol[é] en fumée ». Catherine, par l’alchimie du verbe, cherchera les mots pour fondre l’amour et le devoir en lutte dans le cœur de Jacques, et, « charmante prophétesse », lui dépeint « cette scène bénie », « sur un riant vallon de la nouvelle France / [où il a] fait planter la croix d’Espérance ». « Dans votre âme, laissez chanter votre génie », dit-elle encore, « le devoir et l’amour! Mais c’est leur double flamme / que je vois, à la fois, illuminer votre âme. » Arrêtée dans son plaidoyer par l’émotion, Catherine se couvre des mains le visage pour cacher à son amant les larmes qu’elle ne retient plus. Jacques prend ses mains « baignées de larmes », et alors seulement, lui, sourd à ses paroles, touché d’un pleur, il « appr[end] le moyen qui seul peut rendre heureux » : sur le bateau dont il est « à la fois pilote et capitaine », il partira réaliser son rêve de « découvreur de mondes ».

 

Découvreur de mondes

Un tel titre, accolé au nom d’un explorateur européen navigant sur des voies d’eau américaines, ne s’impose plus désormais avec la même évidence au poète. Cartier, dira-t-on, n’a pas découvert le Canada. Des hommes qui, de leurs canots, ont fendu ses eaux avant que ne les eussent fendues les navires sous le commandement du pilote malouin et qui, de leurs pieds, ont foulé son sol avant que ne l’eussent foulé les marins français avaient parcouru le pays avant lui. Néanmoins, tout en me gardant de prêter au mot une extension sémantique trop large, qu’il me soit permis de militer pour la conservation de son usage en pareil cas. Ce descouvrement sur lequel s’achève[3] la première relation ne manque pas de poésie à mes yeux. Ne dirait-on pas que c’est un voile d’ignorance que lèvent, en partie, les expéditions dont le roi charge Cartier, un voile recouvrant un continent aux yeux de ceux-là qui, étrangers à lui, collectivement, commanditent ces expéditions? Cartier et son équipage abordent les côtes américaines en reconnaissance. Des relations de ses voyages, de la première, en particulier, cette « rhapsodie des caps et battures »[4], ressort le portrait d’un pilote prudent et explorateur méthodique. Plus d’une fois, Cartier ralentit la navigation, fait mettre les voiles bas et de travers pour, comme il est dit, « ce que voullions abvoir plus emple congnoissance dudit parroige »[5]. Il en résultera des relevés topographiques précis, et ces relations qui nous sont parvenues, lesquelles, publiées, donneront effectivement à découvrir à un public européen un monde nouveau.

 

Le merveilleux du hasard

Détail (1) d’une carte dessinée à Dieppe en 1544 par Pierre Desceliers, qui tient compte des découvertes de Cartier dans ses deux premiers voyages.

Dans un long poème en prose empruntant son titre au toponyme Toutes Isles forgé par Cartier[6], l’écrivain et cinéaste Pierre Perrault, par la voix du narrateur de son récit, qui entreprend un pèlerinage dans le sillage de la navigation de son illustre devancier, dit regretter appartenir à un monde clos où le merveilleux du hasard n’opère plus : « J’eus la mélancolie de ces hasards pour lesquels il n’est plus de fortune comme si les voiliers avaient épuisé avant notre venue tous les imprévus de l’espace. »[7] Ce merveilleux du hasard est indissociable du découvrement : la houle de l’imprévu agite la mer que fend le vaisseau de l’explorateur. Révolu, le monde ouvert auquel appartient le découvreur faisait place, dans son économie, à ces hasards fortunés qui, encore agissants à la Renaissance, ont conduit à la découverte du Canada[8]. Ainsi, lors de son premier voyage, Cartier y vint naviguer, sur ordre du roi, pour y chercher certaines îles où, croyait-on, il devait se trouver quantité d’or et de richesses. S’il y trouva plutôt la voie de pénétration idéale dans la partie septentrionale du continent américain qu’est le fleuve Saint-Laurent, c’est accidentellement. Après avoir exploré en vain la baie des Chaleurs pour y trouver un passage[9], il en manque l’entrée et croit voir, dans l’île d’Anticosti, le prolongement de la péninsule gaspésienne[10]. Ce n’est qu’une fois contourné cet obstacle qu’il atteint le détroit qui, au nord, ouvre le passage aux eaux du fleuve et s’y engage[11]. Mais il lui faut s’en détourner et rentrer en France par crainte du mauvais temps[12]. Survient la rencontre fortuite d’indigènes qui s’en retournent dans leur pays à eux, au-delà du détroit que viennent de quitter les Français[13]; dès ce moment, Cartier sait qu’il y a une voie d’eau navigable pénétrant plus avant dans les terres et, lors de son second voyage, il s’engage résolument dans le détroit.

 

Es pais Accidentaulx

La première édition du Brief recit de la deuxième relation présente de nombreuses erreurs de transcription et coquilles, parmi lesquelles il en est une, cependant, remarquable non moins qu’heureuse, tant on se demande si on n’est point en présence d’un jeu de mots délibéré[14] : pour désigner le fabuleux Royaume du Saguenay et les pays au-delà, au lieu de l’adjectif occidentaulx est imprimé Accidentaulx[15]. Le copiste responsable de cette apparente erreur fut bien inspiré! Ne dirait-on pas que les pays Accidentaulx, ce sont les Amériques au grand complet, continent inattendu et obstacle terrestre qu’on ne cessa pas, sitôt découvert, de vouloir contourner pour trouver la route maritime la plus courte vers le Cathay? Pays abordés et traversés à la poursuite de merveilles, comme la terre du Saguenay était censée en receler[16]. Toponyme fortuit ou délibéré, il convient de le récupérer pour désigner ce Canada découvert par le capitaine Cartier sous le signe, dirait-on, de l’accident, à la faveur d’une méprise et d’un hasard.

 

Je nomme icelle…

Détail (2) d’une carte dessinée à Dieppe en 1544 par Pierre Desceliers, qui tient compte des découvertes de Cartier dans ses deux premiers voyages.

Cartier explorant le pays depuis le pont d’un bateau, les éléments géographiques auxquels il confère une dénomination appartiennent à la configuration littorale du golfe du Saint-Laurent et de la vallée laurentienne, soit qu’il s’agisse de havres et de baies, utiles à l’ancrage, soit, le plus souvent, d’îles et de caps, autant de points de repère pour la navigation. L’acte choronymique[17] s’accompagne habituellement, dans les relations des trois voyages, de l’exposé circonstancié des raisons qui ont mené au choix d’une dénomination. Cartier, offrant à son lecteur ces explications, transmet les clefs d’interprétation des noms qu’il donne et fournit des indications utiles au repérage de ceux qui viendront à sa suite. Lorsqu’une caractéristique du paysage ou un incident n’appellent pas une désignation particulière, le calendrier des fêtes des saints de l’Église catholique supplée à l’inspiration du marin. Ces noms acquièrent, de ce fait, une double fonction de repères, tant géographiques que chronologiques, et, par suite, rendent aisées la datation de la découverte du lieu et la reconstitution de l’itinéraire de l’expédition à même l’étude des cartes. Quelques noms encore sont attribués en hommage à une personnalité de l’époque, à un membre de l’équipage ou à un proche parent. S’en tenant à la première relation, parmi les toponymes dus à Cartier, on peut relever les exemples qui suivent, répartis en quatre groupes[18].

Du premier groupe

Nous passames par my les isles qui sont en si grant nombre qu’il n’est possible les sçavoir nombrez […] Lesdites isles furent nommees Toutes Isles.[19]

nous congneumes que s’estoit terre ferme dont y avoit gros cap double l’un par dessurs l’autre et pour ce le nonmames Cap Double.[20]

trouvames des terres à montaignes moult haultes et effarables entre lesquelles y a une apparoissante estre comme une granche et pour ce nonmames ce lieu les monts de Granches.[21]

une baye plaine de isles rondes comme coulonbiers et pour ce leur donnames à nom les Coulonbiers[22]

Icelles isles [étaient] aussi plaines de ouaiseaux que ung pré de herbe qui heirent au dedans d’icelles isles dont la plus grande estoit plaine de margaulx […] Nous nommanes icelles isles isles de Margaulx.[23]

Leur terre est en challeur plus temperee que la terre d’Espagne et la plus belle qui soict possible de voir et aussi eunye que ung estanc. […] Nous nonmames ladite baye la baye de Chaleur.[24]

Ces toponymes ont été dictés par une caractéristique de l’environnement. Dans la majorité des cas, elle est paysagique, tel que le donne à lire le récit de découvrement de Toutes Isles, du cap Double, des monts des Granges, des Colombiers. La caractéristique peut également être faunique, comme dans le cas des îles des Margaulx. Quant à la baie des Chaleurs, elle doit son nom à un microclimat. Les cas des Islettes[25], du cap Pointu[26], du cap de Latte[27], de l’île Allezay[28] peuvent être mentionnés aussi au nombre des toponymes du groupe.

Du deuxième groupe

une belle ripviere de peu de fons où vysmes des barques de sauvaiges qui traversoinct ladite ripviere qui pour ce fut nommee ripviere de Barcques.[29]

un autre [cap] […] qui fut nommé le cap de Sauvaige[30]

Le cap de ladite terre du su fut nommé Cap d’Espérance pour l’espoir que nous abvions de y trouvés passaige.[31]

[eulx] viendrent avec deux barques envyron douze hommes lesquelz vindrent aussi franchement à bort de noz navires que s’ilz eussent esté Françoys. Ilz nous firent entendre […] qu’ils estoient au cappitaine Thiennot, lequel estoit sur ledit cap […] Nous nonmasmes ledit cap le cap Thiennot.[32]

Déterminés par une circonstance advenue au moment de la découverte des lieux, ces toponymes présentent un nombre plus limité de cas. Cette circonstance peut ressortir à la survenue d’un incident, comme cette rencontre fortuite avec des indigènes qui provoque le double baptême de la rivière des Barques et du cap du Sauvage, et cette autre rencontre avec des indigènes au large de la Côte-Nord qui entraîne l’attribution du nom d’un présumé capitaine au cap Thiennot. Circonstance d’un autre ordre, c’est pour avoir suscité un sentiment d’espoir chez Cartier et ses compagnons que le cap d’Espérance porte son nom.

Du troisième groupe

nous trouvames ung bon hable, qui fut nommé sainct Anthoine.[33]

nous eumes congnoissance d’un cap de terre […] et pour ce que s’estoit le jour monseigneur sainct Jehan le nonmames le cap Sainct Jehan.[34]

congneumes que c’estoict une baye qui a environ vignt lieues de parfont et autant de traverse. Nous la monmames la baye Sainct Lunaire.[35]

Et le quart jour dudit moys jour St Martin rengeames ladite terre du nort pour trouver hable et entranmes en une petite baye et conche de terre toute ouverte de vers le su où il n’y a aulcun abry dudit vant et la nonmames la conche Sainct Martin.[36]

Et pour ce que le jour saint Pierre nous entrasmes dedans ledit destroit nous le nonmasmes le destroyt Saint Pierre.[37]

Ces toponymes appartiennent tous au même genre et leur attribution est régie par un même principe. Ce sont des hagionymes, ou noms de saints, que la tradition catholique commémore en associant leur martyre aux jours du calendrier et dont Cartier se sert pour nommer certains lieux, par convention, suivant la date à laquelle est survenue leur découverte. Le havre Saint-Servan[38], la rivière Saint-Jacques[39], la baie Saint-Jullian[40], les caps Saint-Pierre[41] et Saint-Loys[42] peuvent être ajoutés à la liste des toponymes du troisième groupe signalés dans les récits de découvrement reproduits.

Du quatrième groupe

Je nomme icelle isle Saincte Katherine[43]

ung aultre hable […] lequel je pencze l’un des bons hables du monde. Et iceluy fut nommé le hable Jacques Cartier.[44]

ung cap qui demeure au su ung quart du surouaist qui fut nommé Cap Royal[45]

Cestedite ille est la milleure terre que nous ayons veu […] Celle isle fut nommee l’ille de Bryon.[46]

il luy a ung beau cap que nous nommames Cap du Daulphin pour ce que c’est le commancement des bonnes terres.[47]

ung cap de terre moult beau nommé Cap d’Orleans.[48]

Ces toponymes proviennent de noms ou de titres de personnes. Les motifs qui dirigent leur attribution ne relèvent pas de la géographie, mais de la politique. Conférant une dénotation topographique à leurs anthroponymes, Cartier rend de la sorte hommage à son épouse, Catherine, dont il voile l’identité en adjoignant à son nom l’épithète sainte, au roi et à ses fils aîné et puîné, le Dauphin et le duc d’Orléans, ainsi qu’à un amiral de France qui délivra sa commission, Philippe Chabot, seigneur de Brion. Il s’associe lui-même à un havre paraissant à ses yeux exercés de marin « l’un des bons hables du monde »[49].

 

Parachever le procès de découvrement

À la différence du conquérant, dont le rapport au territoire est un rapport de possession, le découvreur établit avec celui-ci un rapport de connaissance. Ce dernier ne s’exprime nulle part mieux que dans la série des actes choronymiques par laquelle le découvreur parachève le procès de découvrement en désignant, à la connaissance universelle, les lieux qu’il nomme. Donner un nom aux lieux inédits les dérobe à « l’obscurité sans nom »[50], leur consacre une existence à la lumière du langage. Capitaine de son expédition, c’est à Cartier qu’échoit la responsabilité solennelle de révéler les lieux en leur conférant une dénomination. Une obligation à laquelle il ne déroge pas dans les Relations et, en particulier, dans la relation du premier voyage où l’acte choronymique ponctue avec régularité le texte. Pénétrant dans des terres inconnues des Européens, les langues indigènes et la désignation de l’espace, propre à ces langues, ignorées de lui, Cartier attribue à chacune des étapes de son périple des noms qui traduisent sa perception du territoire qu’il est chargé d’explorer[51]. À bientôt cinq siècles de distance d’une œuvre considérable sous plusieurs points de vue, maintes dénominations conférées par Cartier subsistant, cet apport fondateur à la toponymie du pays laurentien s’avère être le legs le plus durable et le mieux partagé de sa navigation.

…Et quand il sera vieux, le découvreur de mondes

Il aimera conter l’histoire d’une larme

Ce que fut sa puissance et ce que fut son charme :

Pour le roi, pour la France : un monde et tous ses biens;

Et pour Dieu, pour le ciel, un peuple de chrétiens.[52]


Notes*

* Les références dans les notes sont abrégées. On consultera la bibliographie pour des notices complètes.

 

[1] « La découverte du Canada », Le Canada français, 1934, p. 451-454. Les citations suivantes sont toutes extraites de cette pièce.

[2] Eugène Herpin (1860-1942), avocat, publiciste et historien de Saint-Malo.

[3] Jacques Cartier, Première relation, ch. 24 : « Fin du descouvrement ».

[4] Michel Bideaux, « Introduction » aux Relations de Jacques Cartier, 1986, p. 70.

[5] Première relation, ch. 14.

[6] Ibid., ch. 7 : « Lesdites isles furent nommees Toutes Isles. »

[7] Pierre Perrault, Toutes Isles, 1963, p. 52.

[8] Jean-Claude Lasserre, « Jacques Cartier et le Saint-Laurent », Études canadiennes / Canadian Studies, 1984, p. 137-139.

[9] Première relation, ch. 18 : « … esquippames nosdites barcques pour aller descouvriz ladite baye… »

[10] Ibid., ch. 21 : « pour ce que depuis l’entree de ladite riviere estoit la terre rengee faisant une baye en maniere de demy cercle dont avyons veues de toute la couste de noz navires. En en faisant la routte vynmes querir ladite terre… »

[11] Ibid., ch. 22 : « Nous rangasmes lesdites terres tant d’une part que d’aultre faissant le noruoest pour veoyr s’il c’estoit baye ou passaige… »; ch. 23 : « nous entrasmes dedans ledit destroit… »

[12] Ibid., ch. 23 : « assemblasmes tous les cappitaines pillottes maystres et compagnons pour avoyr l’opinion et advys […] Apres lesquelles oppinions prinses fusmes arrivez large à nous en retourner. »

[13] Ibid., ch. 23 : « Ilz nous firent entendre qu’ilz venoyent de la Grant Baye et qu’ilz s’en retournoyent en leur pais devers là où nous venyons… »

[14] Mireille Huchon, Le français au temps de Jacques Cartier, 2006, p. 77.

[15] Brief recit…, p. 40-41 [Deuxième relation, chapitre 19] : « qu’il estoit bien desliberé de mener ledict seigneur en France pour cōpter & dire au Roy ce qu’il auoit veu es pais accidentaulx, des merueilles du monde. »

[16] Ibid.

[17] De choronyme : nom d’espace ou de lieu. Christian Morissonneau, auquel j’emprunte ce mot, l’emploie pour désigner l’acte de dénomination. Voir Le langage géographique de Cartier et de Champlain, 1978.

[18] Faute d’interprètes lors de ce premier voyage, aucun nom indigène n’est rapporté dans la première relation. Il en est en revanche quelques exemples, certains devenus courants, dans les deuxième et troisième relations. Toutefois Cartier prend acte, en ces cas-là, de noms existants. Quoique leurs désignations nous soient connues parce qu’ils sont mentionnés dans les Relations, ces lieux ne sont pas, par conséquent, dénommés par l’explorateur.

[19] Première relation, ch. 7.

[20] Ibid., ch.  9.

[21] Ibid.

[22] Ibid.

[23] Ibid., ch. 12.

[24] Ibid., ch. 18.

[25] Ibid., ch. 6.

[26] Ibid., ch. 9.

[27] Ibid.

[28] Ibid., ch. 13.

[29] Ibid., ch. 14.

[30] Ibid.

[31] Ibid., ch. 16.

[32] Ibid., ch. 23.

[33] Ibid., ch. 8.

[34] Ibid., ch. 11.

[35] Ibid., ch. 15.

[36] Ibid., ch. 16.

[37] Ibid., ch. 23.

[38] Ibid., ch. 8.

[39] Ibid.

[40] Ibid., ch. 9.

[41] Ibid., ch. 13.

[42] Ibid., ch. 22.

[43] Ibid., ch. 5.

[44] Ibid., ch. 8.

[45] Ibid., ch. 9.

[46] Ibid., ch. 12.

[47] Ibid.

[48] Ibid., ch. 14.

[49] Ibid., ch. 21.

[50] André Berthiaume, La découverte ambiguë, 1976, p. 70.

[51] Morissonneau, op. cit., p. 15. Je paraphrase un peu; Morissonneau ne fait toutefois pas de distinction, dans son propos, entre Cartier et Champlain.

[52] Eugène Herpin, op. cit., p. 454.

 

Bibliographie

Berthiaume, André, La découverte ambiguë : essai sur les récits de voyage de Jacques Cartier et leur fortune littéraire, Montréal, Pierre Tisseyre, 1976.

Cartier, Jacques, Relations, édition critique par Michel Bideaux, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, collection Bibliothèque du Nouveau Monde, 1986.

Cartier, Jacques, Brief recit, & succincte narration, de la nauigation faicte es ysles de Canada, Hochelage & Saguenay & autres, auec particulieres meurs, langaige, & cerimonies des habitans d’icelles : fort delectable à veoir, document électronique numérisé par la BNF, reproduction de l’édition de Paris, Ponce Roffet dict le Faucheur & Anthoine le Clerc freres, 1545.

Herpin, Eugène, « La découverte du Canada », Le Canada français, deuxième série du Parler français, vol. XXI, no 5, janvier 1934, p. 451-454.

Huchon, Mireille, Le français au temps de Jacques Cartier, présentation de Claude La Charité, Rimouski, Tangence, collection Confluences, 2006.

Lasserre, Jean-Claude, « Jacques Cartier et le Saint-Laurent : hasards et grandeurs d’une “découverte” », Études canadiennes / Canadian Studies, n17, décembre 1984, p. 137-148.

Morissonneau, Christian, Le langage géographique de Cartier et de Champlain : choronymie, vocabulaire et perception, avec la collaboration de Henri Dorion, Québec, Presses de l’Université Laval, coll. Choronoma : 7, 1978.

Morissonneau, Christian, « L’œuvre de Jacques Cartier », dans Le Monde de Jacques Cartier : l’aventure au XVIe siècle, éd. Fernand Braudel, Montréal, Libre-Expression, et Paris, Berger-Levrault, 1984, p. 289-294.

Perrault, Pierre, Toutes Isles, chronologie, bibliographie et jugements critiques, Montréal, Fides, coll. Bibliothèque canadienne-française, 1963.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Julien Vallières

Conjurer – la déconstruction: sur une remarque méthodologique de Joseph Yvon Thériault

Par Simon Labrecque | cet article est disponible en format pdf

Résumé

Cet article commente un énoncé méthodologique du sociologue Joseph Yvon Thériault, dans Évangéline. Contes d’Amérique, à l’effet que son approche diffère radicalement de la déconstruction. Plusieurs passages d’Évangéline et de Critique de l’américanité, de Thériault, montrent plutôt que le sociologue partage certains soucis de l’« approche » que l’on associe généralement au nom de Jacques Derrida. En travaillant les différents sens du mot « conjuration », l’article propose une réflexion sur ce mot de déconstruction qui agit comme repoussoir dans certaines sciences sociales au Québec, surtout chez ceux qui ont l’impression que la « méthode déconstructiviste » domine le champ académique. Les textes de Thériault montrent aussi qu’il est plus ardu qu’il n’y paraît de « se débarrasser » de la déconstruction. Enfin, ces analyses ouvrent la voie à une réflexion sur la violence de certains gestes rhétoriques introductifs qui sont répétés presqu’automatiquement.

Poster un commentaire

Classé dans Simon Labrecque

La découverte de l’Amérique

Par Simon Labrecque, chercheur indépendant | cet article est disponible en format pdf

Résumé

Cet article propose une analyse des conditions et des conséquences de l’usage tenace de l’expression « la découverte de l’Amérique ». Qui découvre qui et quoi, quand et comment, selon cette expression? Devrait-on prendre pour acquis que l’usage, voire la mention de cette expression reconduit, sinon cautionne une situation coloniale historique qui perdure jusqu’à aujourd’hui? Certains usages de l’expression participent-ils à une critique de la domination et de l’exploitation coloniales? Je propose des pistes de réponse à ces questions en recensant quelques usages significatifs et quelques mentions stimulantes de l’expression « la découverte de l’Amérique ». Ce faisant, je montre comment l’idée même d’une « découverte » du continent dit américain a fonctionné et continue de fonctionner comme une traduction politique et juridique de certaines des réalités matérielles et symboliques rencontrées par les peuples autochtones et allochtones du continent.

Poster un commentaire

Classé dans Simon Labrecque

Wilderness, Nouvelle-France, Canucks et anciens rivaux, ou Les peurs de Lovecraft

Par Robert Hébert, Montréal

In the forest warfare of skirmish and surprise there were few to match the habitant.

Parkman, The Old Régime in Canada, une lecture de HPL

J’ai lu Lovecraft dans mon adolescence sans vraiment accrocher (peut-être avais-je beaucoup lu Poe) et le genre horreur/surnaturel ne m’a jamais vraiment parlé, l’innommable toujours prévisible me semblant relever d’une rhétorique saturée. Mais c’est au milieu des années 1980 que j’ai retrouvé HPL dans mes folles recherches (philosophiques) sur l’exotisme de l’Amérique française, grâce à l’ouvrage édité par Sprague de Camp, To Quebec and the Stars (1976). J’ai passé toute une journée à la bibliothèque McClennan de l’université McGill à lire cette collection de textes et d’articles de HPL (observations astronomiques et littéraires) et surtout le radical « Confession of Unfaith », « Nietzsche and Realism » sans oublier ses élucubrations (précoces) sur la suprématie de la race teutonne et l’impardonnable guerre fratricide entre l’Allemagne et l’Angleterre en 1915. Strange indeed!

HP2« A Description of the Town of Quebeck, in New France ». Il s’agit de son voyage à l’été 1930. Fasciné par ce site unique, l’architecture, citadelle, fortifications, clochers d’églises papistes, les divers labyrinthes, le coup d’œil somptueux : une extase, « un conte de fées » qui n’aurait d’équivalent que Charleston (Caroline du Sud). Intuition du voyageur : le passé est réel, il n’y a rien d’autre; « continuité d’ambiance » et nul besoin des locals sinon comme figurants s’agitant dans le décor. À ce point séduit, l’arpenteur et archi-rêveur est revenu en 1932 et 1933.

Ce travelogue est précédé d’une histoire de la Nouvelle-France et du Canada sous le règne de Sa Majesté britannique. Le sous-texte est évidemment la wilderness, les innombrables guerres dans la sombre forêt primitive, le souvenir du massacre de Deerfield, la proximité des Français avec les Indiens, indigne et outrageant pour les Puritains qui voyaient le Diable partout[1], l’éloge de la tâche herculéenne du général Wolfe, gloire « de l’Angleterre et de l’humanité ». Le tout émaillé de God save the King! Flash soudain. Il ne faudrait jamais oublier que les Français, les sauvages alliés et les créoles ont été en Nouvelle-Angleterre (et malgré leur petit nombre) les proto-Aliens, raffinés certes, parfois émanations de la Bête de l’Apocalypse. Qui sait, d’anciens Great Ones qui dormaient dans l’imaginaire de l’auteur? Lovecraft, puritain athée amateur de folklore et de sciences, et loyaliste horrifié par la brutale modernité USA. Qu’est-ce que ce gothique très américain? « Sentient blackness and grotesque » qui se développera tous azimuts : la peur de l’inconnu, avec des entités maléfiques ou dégénérées qui s’agitent quelque part, indifférentes, ou qui menacent d’envahir. Mais ceci est une autre histoire…

Pendant vingt-cinq ans j’ai oublié les monstres d’Innsmouth, les murmures et les murs cyclopéens, cultes horribles et cités interdites, devinant par ailleurs l’hallucinante industrie du faire-peur cosmique (cinéma, jeux vidéo, BD)… Et puis il y a quelques années, plus précisément pendant le printemps Érable ou Charivari 2012, j’ai trouvé par hasard à la librairie The Word un exemplaire souligné de Houellebecq, Contre le monde, contre la vie (2005) avec une préface de Stephen King. Texte qui cherche à comprendre de front le racisme « créatif », la haine raciale de Lovecraft que l’on pourrait sans doute autrement déchiffrer dans la spatialisation même de sa fiction; moult monstres tapis à travers le paysage familier ou un cosmos mythifié dont le protagoniste est très souvent la victime. Je me suis demandé à quoi le « reclus de Providence » pouvait bien cauchemarder ou ruminer sur son oreiller à propos des Canadiens français en Nouvelle-Angleterre, ce que l’on appelle l’exode.

H._P._Lovecraft,_June_1934C’est à travers une gigantesque correspondance (plus de 70 000 lettres) que travaille le racisme viscéral de HPL : sorte de jérémiade puritaine et de preaching (sans Dieu) au cercle des amis. Horreur de la proximité avec l’Étranger (au pire, le métissage) et crainte de l’invasion déjà en marche… Entre les negroes mi-gorilles, les Juifs, les mongoloïdes dégoûtants de New York Babylone, les Portugais simiesques, entendez « the clamorous plague of French Canadians » (lettre du 6 juillet 1926). Cependant ici et là les Canucks de la Nouvelle-Angleterre bénéficient d’un statut spécial qui reflète moins l’ambivalence de HPL – l’héritage teutonique et l’Anglo-Saxondom doivent prédominer – que la « rivalité mimétique » entre deux peuples voués à deux Empires. Je laisse au lecteur le soin de savourer ce morceau qui renvoie indirectement à « Description of the Town of Quebeck, in New France », dans une longue lettre du 8 novembre 1933 (in Selected Letters IV (1932-1934), Arkham House, 1976); il pense ici aux foreign islands de Woonsocket et Fall River, villes consacrées à l’industrie textile :

I criticise not Mr. Bernard Kopp-Davis – nor Sig. Giambattista Scagnamiglio nor M. Napoleon-Francois Laliberte – but merely the condition brought about by a reductio ad absurdum of the flabby idealism of the “melting pot” fallacy. Within the lifetime of people now middle-aged, the general tone of our northern cities has so changed that they no longer seem like home to their own inhabitants. Providence is something of an exception because of the continued pure-Yankeedom of the residence section atop the hill – but the downtown business section shews all the stigmata of Latin mongrelisation… Italian & Portuguese faces everywhere. One has to get down to Richmond to find a town which really feels like home – where the average person one meets looks like one, has the same type of feelings & recollections, & reacts approximately the same to the same stimuli. The loss of a collective life – of a sharing of common traditions & memories & experiences – is the curse of the heterogeneous northeast today. There is no real solution […] I’d hardly advocate Nazi tactics, but I certainly would welcome a greater assertiveness & independence among the native stock.

These Rhode Island French fight like hell whenever any attempt is made to deracinate them or to substitute English for French in their parochial schools. In other local foreign colonies one sees a gradual Americanisation – a younger generation speaking English, & a falling off of ancestral ways – but nothing of that pervades these French centres. The French newspapers continue to flourish, & every parent strives to keep his children true to La Tradition. It is really ironic to reflect that – despite all the utterly alien blood which has been dumped on New England – the one really persistent foreign challenge should come from none other than our oldest & most historic rival – the Frenchman of the North against whose menace old Cotton Mather thundered his Catonian invectives from Boston pulpits in the 1680’s. Did Wolfe fall in vain? Today, just as old Cotton feared, the spires & syllables of France rise thickly from the banks of New England’s rivers! But much as I hate any foreign influence, I’m damned if I don’t admire those tough little frog-eaters for their unbreakable tenacity! You can’t make a dent in them! They’ll probably still be French, albeit on alien soil, years after we are hopelessly Italianated or Portuguesed or Yiddified or Polacked in our own back yards! If they’d only lend us a little of their guts, I wouldn’t begrudge them the New England towns they’ve overrun! Shake, Pierre mon frère! You may be a rival, but you’re nobody’s football!

J’inscris désormais ce passage dans mon Amérique française devant l’opinion étrangère 1756-1960 (Hexagone, 1989). D’ailleurs cet ouvrage, je l’appellerais aujourd’hui mon « Franconomicon », ce kaléidoscope des démons et merveilles, mythes et jugements ambivalents dont on n’a pas encore tiré, je le crains, toutes les conséquences… Une autre sorte de Necronomicon, cet improbable grimoire qui circule dans l’œuvre de HPL. Penser Lovecraft, c’est s’immerger dans les forêts primitives (ou la jungle : urbanisation, colour-line, immigration, nativisme) de l’inconscient américain entre les deux Guerres… Quant à l’homme de lettres, la créature HPL a vécu et meurt dans la pauvreté au printemps 1937. Un adolescent de 15 ans baptisé Jean-Louis Lebris de Kerouac pratique intensément le football à son école à Lowell, Mass. Vingt ans plus tard paraitra un récit au titre whitmanien On the Road. Non pas en franco-grenouille mais en anglo-américain jazzé. Mais ceci est une autre histoire…

Post-scriptum. J’offre cette note indigène à François Bon, maître d’œuvre d’un nouveau site consacré à l’auteur-culte au destin protéiforme, The Lovecraft Monument. Une première dans l’Hexagone. Expéditions dans le futur d’un imaginaire passé, nouvelles grilles de lecture, un euro-twist critique? En tout cas, de nouvelles traductions promises aux éditions du Seuil (poche-papier) pour l’année 2015.

[1] Lovecraft mentionne Cotton Mather et Magnalia Christi Americana (1702) qui faisait partie de sa bibliothèque. Sur l’équation Canada-Babylone, les Puritains de la génération des années décisives 1750 (la French and indian war…), les métamorphoses littéraires et sociales du pattern, cf. Sacvan Bercovitch, montréalais d’origine, The American Jeremiad, Madison, University of Wisconsin Press, 1978.

Poster un commentaire

Classé dans Robert Hébert

Derrida on Translation and his (Mis)reception in America

By Emmanuelle Ertel | this article is available in pdf

The influence of Jacques Derrida’s work in America is vast and multifold. Since 1966 and his talk, “Structure, Sign, and Play in the Discourse of the Human Sciences,” given at a now quite famous symposium at Johns Hopkins University, Derrida’s thought has been affecting an ever growing number of disciplines in the United States, and the reception of his work in this country has been, especially since the mid eighties, the focus of numerous studies. The point of departure for my paper, though, was my observation that the impact of Derrida’s work on the field of translation in the U.S. was not, far from it, as influential as on other disciplines, and this despite the fact that the question of translation is undeniably central to Derrida’s thought. [This article is available in pdf.]

Poster un commentaire

Classé dans Emmanuelle Ertel

Derrida et l’Amérique: une traduction im-possible?

My life in the States is just a small part in my life.

Jacques Derrida, dans une scène retirée du film Derrida de Kirby Dick et Amy Ziering Kofman

Jacques Derrida semble avoir toujours eu une relation singulière avec l’Amérique. Une grande partie de son travail intellectuel s’est faite aux États-Unis – de la fameuse conférence à l’Université Johns Hopkins en 1966 à ses séminaires à UC Irvine. De même, plusieurs des grands interprètes de Derrida se trouvent aux États-Unis, formant à la limite toute une « École déconstructionniste ». Et finalement, plusieurs grandes polémiques typiquement américaines ont franchit les océans pour se disséminer ailleurs : de la critique sur l’« obscurantisme terroriste » provenant soi-disant de Foucault, mais perpétrée par Searle, à la discussion sur la fin de l’histoire (contre Fukuyama, dans Spectres de Marx), en passant par l’accusation de nihilisme (avec le débat sur Paul de Man).

Pourtant, Derrida a plusieurs fois exprimé son malaise face à l’ « américanisation » de sa pensée, de manière exemplaire dans le texte « Descontruction : The Im‑possible » (dans Lotringer et Cohen, French Theory in America, 2001) où il affirme devoir y « tirer un trait », ou encore dans le film Derrida de Kirby Dick et Amy Ziering Kofman (2002) – plus précisément dans une deleted scene – où, parlant des intentions des réalisateurs, Derrida mentionne qu’elles forcent l’importance de l’Amérique pour sa pensée : ce film, dit-il dans cette scène coupée au montage, est d’abord un film américain.

Le présent appel de textes s’intéressera à cet aspect « im‑possible » de l’américanité de Derrida, avec pour problématique centrale ce rapport ontologique entre impossibilité et nécessité dans la traduction – et ici, traduction est pris au sens large d’une transposition entre deux systèmes sémiotiques. Pour paraphraser la Genèse de Chouraqui que citait Derrida dans « Des tours de Babel » (Psyché, 1987), la déconstruction-Babel devient-elle, à l’instar de Babel-Confusion, ce lieu où se confondent nom commun et nom propre, lieu de toutes les traductions et de l’universalité espérée par toutes les « lèvres » – Déconstruction-Confusion – et en même temps celui-là même qui est appelé à être à son tour déconstruit, pour (re‑)devenir le lieu de l’im‑possible traduction ? Nom commun confondu pour un nom propre, ou vice-versa : faudrait-il penser que dans l’incertitude, le trait d’union faisant office de supplément au transport, il tire un trait, et renverse toute duplicité du nom propre intraduisible en appelant, encore et toujours, à la nécessaire traduction ?

Les contributions sur la réception et la traduction de Derrida en Amérique sont les bienvenues, particulièrement de la part des acteurs de cette traduction en anglais, en espagnol, en portugais. Sont aussi encouragées les contributions visant une théorie de la réception par le biais du phénomène de la « déconstruction », ainsi que celles prenant Derrida pour prétexte afin de penser l’Amérique, ou les relations entre les grands corps américain et européen. Nous espérons développer, par-delà le jugement de Derrida sur sa propre vie américaine, une image de la contemporanéité de l’Amérique.

Date limite pour l’envoi d’un article : 1er septembre 2011.

Cet appel est aussi disponible en format pdf.

Poster un commentaire

Classé dans Appel à contributions, Trahir