Archives de Tag: poème

Et cours mon joual sauvage

Par Monica Emond, Wentworth-Nord

Anti-dédicace aux hygiénistes de tout acabit

Est où la coche que j’la pète
Langue maternelle : joual
Pas n’importe lequel
Jwal jeannois
Ça veut dire qwêêê?
Ça veut dire p’tit bout de Nitassinan
Océan de boréalie jusqu’au bout de ce qui est même pas su’a mappe
Ça veut dire manger du stew pour souper
Une Irlande coincée dans’ lignée
D’l’orignal qui goûte fort
D’la ouananiche presqu’éteinte
À cause?
À cause?
À cause des Américains, ben voyons!
Ceuze qui sont v’nus toute râfler
Dans leurs safaris du Nord
À l’époque où Price et Alcan
S’établissaient en souverains mécréants

 

Tu comprends pas?
Viens que j’t’explique à quel point mouéssi chu mêlée
Viens que j’te fende la souche
Mon « de souche »
Viens que j’te split le mythe
Mon hoplite
Mon grand-père Wilbrod
Unilingue francophone
A marié en deuxième noce
Une Rose-Aimée autochtone
Une fleur d’automne
Innu au cœur
Fallait l’dire à personne
Ils étaient beaux
P’tits moineaux attablés
De tourtière pis de patates pilées

 

Moi, chui l’adoptée
La bâtarde
La pas-du-monde
Tu catches-tu mon chum?
Bébé esquimau
Hirsute
Yeux de charbons
J’avais un frère blond

 

Je ne comprends pas que tu te bornes, te butes
Borgne brute
On ne fait pas de poésie avec une langue éteinte, Denise
Rien à crisser des bombardiers
Inc. anyways
Je te sens vaciller : « Les jeunes ne savent plus parler français. »
Au secondaire, en 4e année
On a mis « 0 » à un texte que l’on croyait avoir été plagié
J’ai plaidé ma cause
Quelle est la tienne, déjà?
Ah! La pureté
Celle qui pue au nez

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Monica Emond